Les systèmes de chiffrement moins sécurisés que nous le pensions ?

Ils reposeraient sur une fausse supposition mathématique vieille de 65 ans

Des scientifiques américains et irlandais ont fait une avancée dans la théorie moderne de l’information, une branche des mathématiques qui a été utilisée pour démontrer la puissance des systèmes de chiffrement avant leur déploiement à grande échelle.

Le résultat de leurs recherches est que, bien que déchiffrer des fichiers demeure une tâche ardue, il est moins difficile de déduire le contenu des fichiers chiffrés qu’on pourrait l’imaginer.

La théorie de l’information reposait sur les recherches de Claude Shannon publiées en 1948 qui ont apporté l’entropie de Shannon, fonction mathématique qui, intuitivement, correspond à la quantité d’information contenue ou délivrée par une source d’information. Cette source peut être un texte écrit dans une langue donnée, un signal électrique ou encore un fichier informatique quelconque.

Du côté des algorithmes de chiffrements modernes, une analyse a révélé qu’ils assument que ces sources d’informations sont parfaitement uniformes et qu’une combinaison de données binaires de 1 et 0 est parfaitement aléatoire et imprévisible.

En réalité, ce n’est pas totalement vrai ; une partie des fichiers peut être devinée et les octets ainsi trouvés pourront créer un passage au déchiffrement brutal. « C’est toujours difficile, mais exponentiellement plus aisé que nous le pensions. » explique Ken Duffy, de la National University of Ireland (NUI), qui a coécrit les résultats de ces recherches. « Les attaquants utilisent souvent des processeurs graphiques pour scinder le problème. Vous seriez surpris de voir à quelle vitesse vous pouvez deviner des choses »

Trois autres chercheurs du MIT et du NUI présenteront avec Duffy leurs travaux sous l’intitulé « Brute force searching, the typical set and guesswork » au Symposium International de la théorie de l’information. Par la suite, un document devrait paraître cet automne pendant la conférence Asilomar sur les Signaux et Systèmes pour démontrer que les portes faisant usage de clés magnétiques sont moins sécurisées qu’il n’y parait.

Source : MIT , Etude (au format PDF) , Travaux de Claude Shannon ,Introduction à la notion d’entropie de Claude Shannon

Publicités

À propos PC AFRIQUE NEWS
Président de l'ONG CAMI AFRIQUE (Club des Amis de l'Informatique en Afrique) Ce blog est un espace d'information sur l'évolution des NTICs en Afrique et dans le monde en général.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :