TIC: Pierre Djibril Coulibaly, Inventeur du logiciel Universel NexPro UBS, Ingénieur informaticien obtient un prix à Génève en Suisse.

Pierre Djibril Coulibaly, inventeur du 1er logiciel de gestion universel NexPro Ubs, et ingénieur informaticien ivoirien, vient d’obtenir fin septembre 2013, le Prix International star award for quality à Genève (Suisse). Auréolé de cette distinction internationale, le lauréat, par ailleurs  »Prix international de l’innovation à Cotonou(Bénin) et candidat au Prix UNESCO Kalinga pour la C.I, s’est confié à l’Inter. Il parle notamment de sa distinction, mais aussi de ses attentes après tous ces trophées.

Vous rentrez de Genève où vous avez reçu un prix international pour votre invention ; dites-nous, qu’est-ce qu’une invention ?

L’invention, c’est la solution à un problème, c’est trouver une solution nouvelle à un problème qui se pose à la société, en vue de répondre à un besoin donné. Il faut que l’invention soit cependant inscrite dans une science qui est connue, en vue de la faire profiter à toute l’humanité.

Votre invention se nomme NexPro UBS ; qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

Je suis ingénieur informaticien professionnel. J’ai fait plus de vingt ans dans trois des plus grandes entreprises de la Côte d’Ivoire, notamment SIR, EECI, SODECI. Mon expérience m’a permis de me spécialiser dans la conception de logiciels. J’ai pu ainsi observer pendant ces nombreuses années, qu’il y avait un problème à régler sur les logiciels de gestion. En effet, pendant qu’au niveau du matériel, de la bureautique et bien d’autres choses, la science était à la portée de tout le monde, pour ce qui est du logiciel de gestion, il fallait toujours faire recours à un informaticien. Et les utilisateurs avaient affaire à une multitude de logiciels pendant qu’au niveau du matériel, on n’avait que le micro-ordinateur. Et donc un seul micro-ordinateur suffisait à rendre de multiples services. Je me suis alors dit qu’il fallait inventer un logiciel bon marché permettant à tous d’avoir accès à la gestion informatisée. Et le produit NexPro UBS répond à ce choix de la création. C’est un produit utilisable par quiconque a accès à un ordinateur. Et surtout, on n’a pas besoin de connaissances particulières pour l’utiliser car il s’adresse à l’ensemble du champ de la gestion.

Aujourd’hui, c’est la reconnaissance internationale, avec des trophées. Pouvez-vous nous en parler ?

Oui, la reconnaissance internationale est nécessaire parce que nous travaillons pour l’humanité entière, surtout en ce qui concerne les Technologies de l’Information et de la Communication(TIC). Et en la matière, il nous fallait assumer le fait que nous travaillons pour répondre à un besoin réel universel. La reconnaissance est d’abord partie de mon pays en me décorant dans l’Ordre National de Côte d’Ivoire en tant que Chevalier. Je voudrais, une fois encore, dire merci au président de la République Alassane Ouattara, au ministre de la Recherche scientifique, Cissé Bacongo et à la Grande Chancelière Henriette Dagri-Diabaté, ainsi que l’ensemble des ministères qui m’ont accompagné. Cela m’a encouragé à poursuivre mes efforts. En tout cas, grâce au ministère de la Recherche scientifique, nous avons eu un prix, celui de la meilleure innovation technologique du secteur tertiaire à Cotonou au Bénin, en mars 2013 au Carrefour International de l’Innovation. C’était ainsi la reconnaissance africaine. Et pour la reconnaissance internationale, c’est le prix International Star Award for Quality, reçu le 29 septembre 2013 à Genève en Suisse. Cela consacre totalement que notre création entre dans la recherche de la qualité en entreprise. Au plan scientifique, NexPro UBS fait en tout cas l’unanimité. D’ailleurs, nous n’avons pas usurpé cette reconnaissance internationale. Je l’ai plusieurs fois souligné, notre logiciel de création est un outil de travail qui permet une meilleure qualité de service en entreprise en matière de gestion. Nous sommes donc heureux de dédier notre trophée international à l’ensemble des Ivoiriens puisque le trophée lui-même à été décerné outre ma personne, à la Côte d’Ivoire, longuement citée et applaudie lors de cette rencontre de Genève. Il faut signaler également que NexPro UBS a été nominé par la Côte d’Ivoire pour le Prix UNESCO Kalinga de vulgarisation scientifique, pour l’année 2013.

Malgré la reconnaissance internationale, votre création n’est pas encore commercialisée. Quel est le problème ?

Ce que j’ai aussi souvent dit, c’est qu’on ne peut pas tout faire seul. Nous, nous avons montré notre science, notre capacité à faire voir que notre création fonctionne et qu’elle est commercialisable. Mais je vous rassure tout de suite pour dire que le produit est déjà utilisable sur l’ordinateur. Nous n’attendons que la phase de sa standardisation. Nous sommes évidemment conscient que notre produit doit être amélioré, puisqu’il date de quelques années. C’est pourquoi, pour nous, tout soutien est le bienvenu. Sachez cependant que nous ne voulons pas que notre création soit perçue comme une bricole qui vient d’Afrique. De plus, pour vendre un logiciel, il y a tout un processus qui est long et coûteux. Notre produit est le premier au monde, en la matière. Il ne faut pas le banaliser car c’est une mine d’or, si nous le modernisons. Il vaudra des milliards, aussi bien à son créateur qu’à la Côte d’Ivoire. Et là, l’intervention d’un investisseur ou de l’Etat est nécessaire. Surtout que la Côte d’Ivoire, pays agricole, est capable d’emprunter le chemin de la modernisation par la technologie et devenir aussi un pays exportateur de nouvelles technologies.

Avec tout ce potentiel, avez-vous des soutiens, dans votre volonté de promouvoir votre produit ?

Nous n’avons pas grand soutien, même si différents ministères nous accordent leur soutien institutionnel, sans oublier la présidence de la République. Nous sommes donc encouragé mais cela reste vraiment institutionnel. Nous signalons que le ministère des PME, à travers l’INIE, nous a aidé à monter un business plan qui est toujours en attente de financement. D’ailleurs, c’est ce qui fait que les inventeurs, ces derniers temps, font un appel du pied au gouvernement pour que quelque chose soit fait à leur endroit. Je me réjouis de ce que le président de la République, sachant que nous sortons d’une situation de guerre, a mis sur pied les PPU (Projets Présidentiels d’Urgence). Je voudrais que la technologie, la recherche, l’innovation et l’invention bénéficient de ce financement des PPU. Il faut surtout nous éviter les longues procédures administratives en vue de mettre à disposition, un vrai soutien financier. C’est surtout pour que cet argent serve de fonds de garantie à nous les inventeurs pour que nous sollicitions des prêts auprès des banques. Ce n’est donc pas à des fins personnelles. Nous sollicitons le soutien du chef de l’Etat, pour tout cela. Encore que l’inventeur n’est pas outillé pour la gestion ou l’investissement. Il faut, en tout cas, nous adjoindre des experts en la matière pour un meilleur suivi. Nous avons, pour tout dire, besoin d’aide. Mais si ce n’est pas le cas, nous n’allons pas baisser les bras. Il faut qu’on sorte d’Afrique avec une technologie pour l’imposer aussi au monde. C’est cela notre rêve.

Pour les perspectives, quel message avez (…)

Lire la suite sur linfodrome.com

Publicités

À propos PC AFRIQUE NEWS
Président de l'ONG CAMI AFRIQUE (Club des Amis de l'Informatique en Afrique) Ce blog est un espace d'information sur l'évolution des NTICs en Afrique et dans le monde en général.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :